L’hiver est en train de s’effacer

Notre hiver est en train de s’estomper, non sans les habituels repentirs. Mais nous sommes en mars et la neige fond presqu’au même rythme qu’elle tombe sur le sol.

En fondant, elle devient grise et brune, un peu sale aussi. Certains jours nuageux, tout ce que je regarde semble être une nuance de gris, comme si toute la palette des couleurs avait été délavée.

J’aime bien faire des études de gris: cela permet d’approfondir ma connaissance des valeurs. En peinture, les valeurs sont les différentes gradations d’un ton plus ou moins foncé, par exemple d’un brun très pâle, disons beige jusqu’à un brun presque noir.

C’est un exercice en subtilité, qui permet de voir la beauté très discrète de ce dernier mois d’hiver. Un temps qui semble vouloir effacer la notion même de couleur avant qu’elle ne renaisse au printemps.

Louise Jalbert, “Gris de mars”, 2018, Gouache sur papier, 22 x 29 cm.