L’artiste en Inde

Je suis partie en Inde à la rencontre de sa spiritualité, mais l’artiste était aussi de la partie, curieuse de ce qu’elle allait découvrir.

Depuis les foules de Delhi aux modestes villages des Himalayas, j’ai été séduite par les couleurs intenses et débridées qui se retrouvent en de joyeuses combinaisons sur les vêtements, les objets, les tissus et enseignes, voire même les temples et les édifices.

Les femmes et leurs saris m’ont particulièrement impressionnée, étincelantes taches chromatiques évoluant dans la poussière des rues.

 

La moindre échoppe présente un étalage de motifs et de couleurs étonnants.

Je me demande s’il existe un autre pays qui offre au regard autant de contrastes et de combinaisons chomatiques que l’Inde? Et quelle est l’origine et le sens de l’utilisation de ces couleurs? L’effet est tellement vivifiant!

 

 

Les maisons sont peintes en pistache et violet…et les cordes à linge aussi.

Je suis toute imprégnée de la multitude d’impressions que j’ai reçues là-bas: il y a beaucoup à assimiler qui va m’inspirer encore longtemps.
Mon fil conducteur est la pratique de yoga et de méditation, au coeur ce ce voyage et de mon cheminement personnel.

 

 

 

 

Dans sa ruée vers l’avenir, j’espère que la jeunesse indienne (50% de la population) saura préserver son ancrage dans la spiritualité, essentielle à notre paix intérieure.

 

 

 

Beaucoup de choses se sont précisées en moi lors de ce voyage: la vision de mon art et de ce que je veux exprimer s’est approfondie.
Art et spiritualité ont toujours coulé de la même source pour moi, plus ou moins consciemment. Maintenant je sais qu’ils peuvent devenir la même expression.

Photos Louise Jalbert, “Pélerinage en Inde 2018”

Un pèlerinage en Inde

Faire un pèlerinage en Inde est quelque chose dont je rêvais depuis longtemps, et qui vient de se concrétiser.
L’Inde est un pays fascinant aux multiples facettes, mais ce qui m’attirait avant tout, c’était de prendre contact avec sa spiritualité millénaire, et d’aller à la rencontre des enseignements anciens qui sont à l’origine du yoga.

Un pèlerinage est une pratique spirituelle qui, par les enseignements dispensés, les défis que les pèlerins rencontrent à chaque jour, stimule une ouverture intérieure. En cheminant dans ces montagnes vénérées, fréquentées par d’innombrables saints, moines et pèlerins, en regardant les mêmes levers de soleil, je voulais me rapprocher, ne serait-ce que d’un pas, de ma propre vérité.

J’ai eu la chance de partager cette expérience avec un groupe de gens très intéressants, plusieurs étant des adeptes avancés de yoga et enseignants. À cet égard, même si je pratique le yoga depuis 15 ans, j’étais leur benjamine et j’ai bénéficié à plusieurs reprises de leurs connaissances.

 

Notre guide et organisateur fut Atmaram (en chemise rouge ci-dessus), lui-même un enseignant apprécié et très expérimenté.
https://www.facebook.com/AtmabalaYoga/

Attentif, dosant bien les défis et les moments de détente, il a dirigé notre parcours tant intérieur qu’extérieur à la ville comme sur le tapis de yoga. Grâce à lui, nous avons eu la chance de faire connaissance avec des lieux et des gens remarquables qu’il avait fréquentés lors de pèlerinages avec son maître, Swami Vishnudevananda, lui-même un disciple de Swami Sivananda.

http://www.sivananda.org/montreal/

 

La route peut-être longue et difficile, mais des plaines de Delhi aux montagnes des Himalayas, elle s’élève progressivement vers des paysages magnifiques, un air pur et une lumière radieuse.

 

 

 

 

 

 

Nous avons puisé l’eau du Gange, mais nous avons surtout abreuvé notre esprit de limpidité et fait briller le meilleur de nous-mêmes. Notre courage a grandi, et parmi les éclats de rires, des amitiés ont fleuri.

 

 

 

 

Ne sommes-nous pas tous des pèlerins sur cette terre? Notre vie peut devenir un périple de découverte et de réalisation de soi. Chaque pas peut nous y conduire et pour mes compagnons et moi, ce pèlerinage balisera les sentiers à venir.

 
Photo principale: Rishikesh: la ville de pèlerinage est sise aux pieds des montagnes de l’Himalaya d’où coulent les eaux sacrées du Gange.Photo
Photo 2: Notre groupe en compagnie de Swami Hariomananda, dont l’enseignement était ponctué d’humour. Photo Plamena Stoyanova
Photos Louise Jalbert, ( sauf #2), “Pèlerinage en Inde”, 2018

Autre changement de décor

J’ai eu l’occasion de faire un court voyage à Los Angeles pendant les Fêtes. Court comme dans 1 jour et demi. Mais long en bonheur puisque j’étais avec mon fils aîné, rien que pour le plaisir d’être ensemble…
Arrivant du Québec enneigé à moins 20C, ce fut tout un changement de décor. La température évidemment, mais aussi l’étalement de la ville sur ces grands espaces entre montagnes et mer, l’architecture et les autoroutes, la végétation et les gens.

Dans un tel laps de temps, il n’est pas possible de se déposer dans une routine, même pas une routine de voyage. Mes sens sont restés en éveil, ma curiosité à l’affut de tout ce qui m’entourait. Assise au bar de l’hotel, j’ai pris un moment pour rêver et imaginer ma vie comme elle pourrait l’être si je vivais dans cette ville.

En quoi ma vie serait-elle différente? Qu’est-ce qui changerait dans mon travail? Qu’est-ce qui resterait pareil? C’est le genre de questions qui me viennent quand je voyage. C’est fascinant d’y penser et, selon mes quelques expériences de vie à l’étranger, une part de moi serait révélée ainsi, une part enrichissante à découvrir.

Poursuivant l’exercice, j’en viens à me demander ce qui resterait d’essentiel à ma personne et à mon travail, une fois adaptée à cette autre vie. Cette question là m’intéresse encore plus, et elle est moins évidente à répondre.

Quel est le travail le plus authentique que je puisse accomplir, ici et maintenant?

Cette réponse là ne viendra qu’en la vivant. Et c’est un tout autre monde, juste ici, qui n’attend que moi.

Louise Jalbert, Autoportrait à Los Angeles, Photographie