Ça avance bien

Côté technique, ça prend forme. Quelques essais, un peu de recherche sur internet, deux ou trois fois au magasin de matériel artistique pour comparer et acheter les produits, et me voilà à jour avec l’acrylique.

Ce n’est pas la première fois que j’utilise l’acrylique, mais ça faisait un moment et il fait se refaire la main.

https://louisejalbert.com/oeuvres/orange-et-sortilleges/#/i/1

C’est une technique finalement assez simple et surtout très polyvalente, qui peut passer d’un effet très dilué à des matières en épaisseurs, sans souci que ça craque.

Sur la petite toile ci-dessus, j’ai commencé plutôt dilué pour voir les couleurs et les transparences.

Les pigments ne donnent pas toujours les mêmes résultats d’une technique à l’autre, il faut donc s’ajuster. Par exemple le vert bleu ci-dessus est obtenu avec un vert Phtalo dilué avec du médium acrylique. En aquarelle, je le fais avec le Viridien et de l’eau, à l’huile aussi, c’est un Viridien, mais avec un solvant.

D’ici, je commence à voir ce que je pourrai faire comme taches, matières et couleurs.
Ça avance bien.

 

L’acrylique, ça colle!
Reflexe à reprendre: laver pinceaux et assiettes immédiatement après usage sous peine de les perdre, car le liant polymer à la base des couleurs est un puissant adhérent.

 

 

 

Louise Jalbert, ” Feuillage en été” , 2018, acrylique sur toile, 40 x 50 cm