Au bout du chemin

Je reviens d’un voyage sur la Côte Nord. Ce voyage, j’en rêvais depuis longtemps, désirant connaître ce coin de pays qui s’étire le long du Saint-Laurent jusqu’au Labrador, aller jusqu’au bout de la route #138 et au delà. Comptez 1250 kilomètres jusqu’à Natasquan, d’un côté l’eau qui brille et de l’autre la forêt, des rivières impétueuses à couper le souffle, autant de roches et de plages, le fond de l’air vif et les moustiques.

C’est vaste et silencieux. L’espace nous ouvre le coeur et les gens du coin en profitent aussitôt pour y entrer, restant longtemps en nous après le retour. De cette distance, j’ai acquis une perspective; les pensées se sont décantées, et j’en suis venue à une décision, celle de faire moins de choses et de les faire mieux.

Et ce que je veux faire mieux, à part l’art essentiel de vivre, c’est la peinture. Pour cela, il faut du temps et de la concentration; c’est pourquoi le blogue continuera désormais de façon ponctuelle. Il permettra de vous faire part d’événements à venir, comme cette exposition de groupe à la galerie Beaux-Arts des Amériques, à laquelle je serai heureuse de participer en novembre. Vous pouvez également me trouver sur Instagram.

Je vous remercie de votre présence au cours de cette aventure des plus stimulantes, et j’espère qu’elle aura su vous apporter un peu de joie sur votre chemin.

“Rivière La Romaine, Minganie”, 2019, photo Louise Jalbert
“Sur les roches, Grande Bergeronnes, Manicouagan”, photo Guilda Dionne 2019,