Le vent

Si vous étiez une force de la nature, laquelle seriez-vous?

Cette question m’a été posée récemment, et elle continue de résonner en moi, stimulant mon imaginaire.

Aujourd’hui, je serais le vent.

Le vent crée du mouvement, il fait bouger les choses. Il guide la trajectoire des oiseaux; il distribue les semences, fertilisant la terre.

C’est le vent qui chasse les nuages et permet au soleil de revenir enfin, et qui les ramène pour que nous ayons de la pluie.

Dans l’atelier aussi, il y a du mouvement: un air frais se fait sentir alors que je circule d’une idée à l’autre, d’une oeuvre récente à une autre plus ancienne.

Le tableau ci-dessus était resté en ébauche. Je l’ai repris cette semaine avec un regard neuf. Il n’est pas encore achevé, mais je pense bien lui avoir redonné un nouveau souffle.

Er vous? Si vous étiez une force de la nature, laquelle seriez-vous?

Louise Jalbert, “Feuillage dans le pommier”, Travail en cours, 2013-2018, Huile sur toile, 76 x 76 cm

Le rythme et la couleur

Voilà deux composantes essentielles dans mon travail; et comme je veux leur donner plus d’importance, je me concentre sur elles en ce moment.
Isoler les composantes, c’est comme manger une orange un quartier à la fois: c’est plus facile et digeste…

J’ai expérimenté sur de la toile libre avec différents formats et matériaux pour voir ce qui se rapproche le mieux de ma vision.

En n’utilisant qu’une ou deux couleurs, des gestes spontanés et de larges pinceaux, je suis arrivée à un résultat étonnant, frais et dynamique.

J’y vois un belle leçon de simplicité, à retenir. Mais je veux y ajouter du contraste et plus de complexité.

Quelle sera la prochaine étape? Elle sera dans cette direction, en réunissant plus de rythmes et couleurs sur un même surface.

Où cela mène-t-il? J’ai une petite idée, mais rester à l’affut de ce qui se présente fait aussi partie de l’aventure.

Louise Jalbert, Essais techniques, 2018:
Rythmes de bleus en bandes, huile et acrylique sur toile, 86 x 93 cm
Rythmes verticaux et horizontaux en mouvement, huile sur toile, 63 x 76 cm
Essais de feuillage jaune, acrylique sur toile, 57 x 72 cm
Essai de ciel bleu, acrylique sur papier toilé, 51 x 40 cm

C’est un peu échevelé, ça commence bien.

J’ai mis de côté les gouaches d’hiver et je veux maintenant travailler plus grand. L’esquisse à l’huile ci-dessus est un peu échevelée; je cherche de nouvelles formes d’expression, et je n’y suis pas encore.

Avec le beau temps qui s’en vient, je vais reprendre l’aquarelle et ma vision de la nature comme une grande tapisserie. Vision que j’aimerais aussi transposer en grand format.

Alors je fais des essais à l’huile et à l’acrylique pour voir laquelle de ces techniques me servira le mieux.

Nulle technique n’est plus sensuelle que la peinture à l’huile à mon avis: la matière est moelleuse, les couleurs intenses. J’utilise une grande plaque de verre comme palette: c’est idéal pour mélanger les couleurs et facile à nettoyer. Son odeur m’enivre comme un parfum… intoxiquant!

Le processus de la peinture est toujours une aventure, qui se fait pas à pas sans toujours savoir quel sera le résultat. Mais il y a toujours une avancée.

 

Et c’est à suivre!

 

Louise Jalbert, “Branches”, étude, 2018, Huile sur toile, 63 x 80 cm